tracé historique d'importance régionaleSaxon-col du Lein par L'Apleyeu

Sapin Haut, comme les autres hameaux ou mayens des environs, a vraisemblablement été plus peuplé autrefois qu’il ne l’est actuellement
Sapin Haut, comme les autres hameaux ou mayens des environs, a vraisemblablement été plus peuplé autrefois qu’il ne l’est actuellement

alpage de cour de Lune

acte rédigé le 19 juin 1539

Jean Métral et Blaise Duc, syndics de Saxon, et Pierre Chardonnaz et Blaise Abbet, syndics de Vollèges, se réunissent devant notaire pour mettre au point la juridiction des deux communautés sur l'alpage de Cordelune. Vollèges exhibe un titre de 1380 du clerc Pierre de Prareyer (vidimus du titre de 1300 probablement) qui était tombé en oubli. Les deux parties acceptent la délimitation qui y est décrite et placent des bornes du sommet du rocher de la Charmettaz jusqu'aux prés de Poutex, à une grosse pierre qu'on marque d'une croix, à la crête du pré de Rolet Sautier, au chemin qui vient de Saxon au Levron, à une pierre située au Pré Alliod et à la Fontaine Risen. Le pâturage reste commun de la Nativité de la Vierge Marie à celle de Notre Seigneur. Le bois sec peut être pris par les hommes des deux communautés.

alpage de cour de Lune sur la carte siegfried de 1926
alpage de cour de Lune sur la carte siegfried de 1926

Ancien bisse de Saxon

Bisse de Saxon par Louis Delaloye (cliquez sur le lien)

le bisse de Saxon sur la carte de Siegfried, on peut voir qu'à l'époque on disait le "canal de Saxon". On voit également qu'il se terminait à la Giète...
le bisse de Saxon sur la carte de Siegfried, on peut voir qu'à l'époque on disait le "canal de Saxon". On voit également qu'il se terminait à la Giète...

Colonie de vacances de Saxon

Depuis 10 ans, un groupe de 20 à 30 enfants de 

Vallorbe. accompagnes de leur surveillante, viennent

fidèlement chaque été à la Colonie de vacances de

Saxon, pour un séjour de 4 à 6 semaines.

Ils sont toujours enchantés de leurs vacances. ainsi que Ie confirme à nouveau un papa, dans, la feuilles d’Avis et Journal de Vallorbe du 10 ct. Il écrit

‘Connaissez-vous cette pension pour enfants de la Pleyeux, maison flanquée sur les pentes boìsées de Saxon? De là. vous pouvez admirer les beautés qu'offre ce beau

 beau Valais. D’abord le Rhône et la plaine du même nom où les arbres fruitiers sont alignés à perte de vue, comme des soldats prêts pour un défilé; puis,à l’horizon, ses belles montagnes qui dressent fièrement leurs cimes vers Ie ciel. C’est là un tableau inoubliable, par une belle journée ensoleillée. —

La Pleyeux est une colonie de vacances et de changement d’air pour enfants. Sœur Lina se trouve actuellement avec une trentaine d’enfants de Vallorbe dans cette charmante maison blanche, si accueillante.

Je suis arrivé là-haut juste au coup de midi., Les enfants sont à table ; Sœur Lina leur distribue à chacun le copieux dîner. Pour aujourd’hui, le plat- de résistance est la polenta (maïs provenant du Valais);une polenta excellente, laite avec des œufs et du lait en abondance. Plusieurs enfants en ont demandé quatre ou cinq fois: à la montagne, l’appétit est bon’

12 h. 30, les enfants sont aux dortoirs pour la sieste jusqu’à 14 h. 30; j’admire les jolis lits blancs, d’une propreté exemplaire; ceci, nous le devons à la grand-maman Morard. Pendant que les enfants se reposent, la dévouée cuisinière, Mme Farinet. ne reste pas inactive; elle prépare déjà le pain et ie lait pour 15 h. 50; ce bon pain de seigle-maïs. Une tasse de lait provenant des vaches qui sont à l’alpage.

De la Pleyeux, il faut plus d’une heure pour aller chercher ce bon lait de montagne, deux fois par jour, car pour toutes ces bouches il en faut soixante litres.

Qui va le chercher? C’est Albert, un beau garçon robuste aux yeux vifs. C’est lui aussi qui va chercher les légumes. Aujourd’hui, il a apporté des beaux choux-fleurs qu’il a cueillis à 1430 m. d’altitude !

Une voix retentit. C’est celle de sœur Lina. Allons les enfants. préparez-vous. nous descendons à Plam-bot pour les jeux. Et quelques minutes plus tard départ ; Soeur Lina en tête et moi qui ferme la marche. avec M. Bachetta, un ami de la maison. Tous ces enfants sont joyeux; ils chantent" mon beau Valais ". Nous voici arrivés à Plam-bot, petite clairière au-dessus de Sapinhaut ; les jeux commencent et chacun s’en donne à coeur joie jusqu’à 18 h. Sœur Lina regroupe les enfants, car c’est l’heure de rentrer à la Pleyeux.

Dés ce moment, je quitte Sœur Lina et les enfants,car je dois descendre dans la vallée prendre le train du retour. Les enfants, les uns après -les autres, me

touchent la main. — Vous saluerez bien ma maman, mon papa!

Je leur ai promis, comme je ne peux aller chez tous les parents, je le fais par ]a voie du journal. Les enfants de la colonie de vacances de la Pleyeux sur Saxon sont en bonne santé et saluent leurs parents.

Un papa.’»

 

lu dans le confédéré du 17 août 1945

 

après la lecture de ce texte je suis sûr que vous avez envie d'emprunter le sentier qu'Albert parcourrait pour aller chercher le lait pour la colonie et cela deux fois par jour.. 

allez à la page proposition de randonnée et vous aurez les indications pour la randonnée


compteur site web

le but de notre association est d’entretenir les sentiers de la commune de Saxon. c'est pourquoi nous avons besoin de bénévoles prêt à s'engager pour cette belle cause.


tu aimes la nature, tu aimes parcourir les sentiers de notre village, tu as du temps à donner... alors rejoins-nous.


nous sommes une équipe motivée et joyeuse.


nous pouvons compter sur l'aide du service technique de la commune.


à bientôt